ARB

Le ramadan des non-musulmans

Rien ingurgiter durant la journée, ce n’est pas difficile, commence-t-il une fois la serveuse partie. Mais suivre le jeûne à Genève, c’est pénible. Dans cette société de surconsommation et d’hédonisme exacerbé, on est en permanence en porte-à-faux. Lui-même hédoniste le reste de l’année, Julien Abegglen ne fait bien sûr pas référence à la bière que nous sirotons sans aucun souci de solidarité… Sa pratique du jeûne n’a rien de religieux mais se veut spirituelle.

…..Le ramadan est une façon de se retrouver pour se tourner vers les autres. En ce sens, l’ascèse physique permet de prendre possession de mon corps. Comme d’autres courent le marathon, moi je tire la prise et la rebranche en m’astreignant, la première semaine, à un jeûne complet – mais je bois la journée et prends des vitamines. Difficile, cette expérience permet d’explorer les limites inattendues du corps.

 

Read the entire article